[Marathon FF] L’enfer Fantasy 2

Lien vers mon avis sur le premier FF

Bonjour, bonsoir, bon matin, ou bonne nuit !

Au terme de 5 jours difficile, j’ai terminé Final Fantasy 2e du nom ! Et bon dieu… Mais bon dieu que c’était dur x_x

Final Fantasy 2 mérite le doux sous-titre de « Calvaire absurde mais audacieux ». Et comme le premier, j’y ai joué sur GBA, donc la version I & II Dawn of Soul.
De plus, à la fin de l’aventure, une seconde aventure annexe nommée Renaissance est disponible, rendant le jeu à la fois un peu plus intéressant, et aussi pire dans un autre sens…

Un nouveau Final Fantasy

Dans un monde en paix, un grand fou avide de pouvoir n’ayant pas de nom décide de contrôler le monde et se met à attaquer l’intégralité des villages – dont un seul château. Ce fou, qui est désigné par son titre Empereur, a la chance d’avoir sa tête sur le logo, même s’il n’est au final que le personnage principal le plus intéressant des moins intéressants du jeu. Ainsi, nos 4 héros perdront leur village ainsi qu’une bataille officiellement infaisable contre des chevaliers noirs, les faisant perdre au passage 95% de leur personnalité. L’un d’entre eux ayant été séparé des 3 autres, leur destin sera d’être les seuls au monde à bien vouloir bouger leur fesses en premier pour aller récupérer leur village et ainsi prouver qu’en allant dans un pub en douce, ils valent bien mieux que des soldats entraînés à la guerre et habillés comme des mousquetaires. Heureusement qu’une version remaster existe et qu’une cinématique prouve que nos protagonistes savent quand même manier un peu les armes, et qu’au final, se faire mettre en PLS en un coup dans le premier combat devient un poil incohérent.

Mais bref, le but final étant de sauver le monde en arrêtant l’Empereur.

Cette coupe de cheveux est trop parfaite pour être un héros

Un vrai scénario, si si !

Dès le réveil et le fait que nos personnages sont enfin doués de parole, on sait que ça sera plus intéressant que le premier et ça fait plaisir ça !
Maaaaais… Même si le scénario global reste tout autant basique il souffre d’un énorme problème : les protagonistes ont un charisme aussi inexistant que le premier. Au final, ce seront juste la Reine, le Prince, le Mage Blanc et éventuellement le Moine qui se démarqueront par la monopolisation des dialogues et une vraie distinction de caractère.

Plein de personnages ! YEEEEeeeeaaaahhh… ?

Firion

Firion, Maria & Guy seront vos 3 compagnons que vous contrôlerez durant 100% de l’aventure sans compter l’épisode Renaissance. Et, c’est juste dingue comment ils sont sous-exploités étant ceux à qui nous sommes censés le plus nous identifier vu qu’on les contrôle en permanence. Mais non, Firion ne peut absolument pas se qualifier de héros, c’est juste un soldat soumis aux ordres qu’on lui donne dès qu’il rejoint l’armée Rebelle. Maria n’est qu’une fille fragile, qui n’a que pour dialogue de s’inquiéter pour son frère, alors qu’on se préoccupe de lui qu’à la fin du jeu. Et Guy est un pauvre garçon qui n’a pas eu l’éducation scolaire nécessaire pour parler correctement, mais qui est censé se démarquer une seule fois dans le jeu en parlant à des castors.

Léon, le dernier bonhomme à qui vous pouvez donner un nom, et que vous perdrez de vue à la fin du premier combat, est d’une inutilité totale durant le jeu, et en devient même un boulet dès que vous l’obtiendrez (= avant les deux derniers donjons qui s’enchaînent quoi).

L’Empereur n’est qu’un méchant qui fait le méchant, point. Allez, je suis médisant, il essaye presque d’avoir un propos intéressant dans Renaissance, mais… ça manque un peu d’imagination de ce côté là 😡

Ceux du dessus sont donc les personnages principaux.

Final Fantasy 2 nous offre une belle opportunité d’avoir d’autres personnages qui viendront nous rejoindre provisoirement à des moments clés de l’histoire. Un total de 5 autres personnages seront disponibles, et ils auront comme particularités d’une, d’être beaucoup plus intéressants que les protagonistes (excepté une), ainsi qu’être affiliés d’office à un certain type de classe.

Minwu le Mage Blanc

Minwu : le Mage Blanc calme et sérieux qu’on obtient quasi au début du jeu, très puissant et utile pour une panoplie de sorts utile pour du bas niveau.

Gordon : Le Prince faible qui a un vrai but d’évolution, un guerrier simple mais pas mal efficace autant en attaque qu’en magie.

Joshua : le Moine du jeu, très bavard et qui se démarque par ses dialogues plus « libres » que les autres.

Leila : La pirate / voleuse, qui ne se démarque pas trop en général, à part éventuellement son agilité en combat qui permet d’être la première à agir tout le temps (mais son sprite en combat était classe, je tenais à le préciser)

Ricaro : le précurseur FF des Chevaliers Dragonsil est un peu fade, mais un poil mieux que nos protagonistes par son sens trop prononcé du devoir.

Aeris la petite joueuse [SPOIL]

Et donc l’autre truc assez cool avec ces personnages provisoires, c’est que 3 sur 5 d’entre eux vont… mourir. Et c’est cool, et à la fois pas cool. Cool, car c’est toujours un moment assez fort dans un scénario, même si ici, les personnages principaux sont trop fade pour que ça laisse de grosses séquelles psychologique. Pas cool, parce qu’à chaque fois, on perd un personnage qu’on a pu mieux apprécier que nos 3 zigotos, qu’on a du faire évoluer car le jeu n’adopte pas un système d’adaptation de niveau lorsqu’un nouvel allié rentre dans le groupe.

De plus, ces morts sont utile au scénario, car la meilleure idée de la remasterisation du jeu est l’aventure Renaissance, qui permet de rejouer ces morts (dont un important qui a juste été évoqué dans l’aventure). Ainsi, on peut jouer avec la vraie équipe de FF2 à mon sens.

La véritable team FF2

Pour info : Scott est le frère de Gordon, donc un Prince aussi.

Les clichés, c’est marrant, les absurdités, c’est facepalmant

On rigole assez souvent des clichés des RPG. La majorité d’entre eux sont incontournables et facilement dérisoires (ex: le dialogue unique du PNJ), mais justifiables et excusables par soucis de gameplay (ex: le sac infini) ou limitation de de capacité de console ou d’autres trucs en tout genre qui fait qu’on accepte.

Si FF1 plongeait dans pas mal de clichés, et qui avait la grosse excuse du « c’est le premier et c’est ultra classique », FF2 peut bénéficier encore de cette excuse, mais le soucis, c’est qu’il y a un scénario cette fois. Et le scénario fait qu’on doit s’adapter aux choix scénaristiques. Donc voilà une petite liste non exhaustive des absurdités que j’ai pu relever et qui m’ont fait parfois rire, parfois soupirer :

  • Faisons nous discret ! A 2 reprises dans le jeu : au tout début lorsqu’on arrive à Fynn et lors de l’attaque du Cuirrassé, des soldats impériaux grouillent dans les environs. Mais fuck la discrétion, tu peux le froller, le toucher, être une case à côté de lui, tant que tu n’appuies pas sur A il ne t’arrivera rien. Et si par malheur tu cliques, un combat certes un poil difficile (en temps normal) se déclenche, et si tu gagnes, le soldat reste immortel sur la carte.
  • C’est pas parce que mon village est détruit que mon business va s’arrêter
  • Apparemment, tu peux louper tes sorts de soutien sur tes propres alliés.
  • Il y a pour la première fois dans ce jeu la notion de ligne arrière. On la connait principalement car elle est réservée aux armes longues portée (arcs / pistolets) et mages, permettant d’encaisser moins de dommages qu’en ligne avant, mais diminuant l’attaque si c’est une arme au corps à corps. Cependant dans FF2, ce système en est à ses débuts avec son lot de surprises :
    • Il n’y a littéralement qu’avec les arcs que tu peux placer un bonhomme en ligne arrière
    • Si ce n’est pas un arc en arme, le personnage ne touchera jamais sa cible.
    • Et à cause du point précédent : le jeu vous refusera systématiquement de mettre l’intégralité de votre équipe en ligne arrière.
    • Dernier point : c’est la ligne avant qui prendra les dégâts principalement, du coup si vous mettez 3 en arrière, celui en avant s’en prendra littéralement plein la gueule. Dans un sens, c’est plutôt logique, d’un autre côté, c’est con, car vaut mieux se débarrasser des plus faibles en premier.
  • Des donjons aux pièces vides. Passons outre que des donjons sont stupides, comme le fait que le Cuirrassé qui est un vaisseau géant soit un vrai donjon avec Labyrinthe, ou encore que c’est sûrement un seul architecte qui a eu la bonne idée de visiter toutes les grottes pour designer de belles portes contenant ces pièces toutes aux mêmes dimensions et intégralement vides… Surtout que si on missclick de direction et qu’on ne se met pas directement en direction de la sortie, on se tape un combat par case dans le pire des cas, ce qui peut être vite relou.
    Sacré designer qui réaménage même des grottes et des endroits en feu !

    Au moins dans FFI, les salles vides étaient astucieusement vide par leur grandeur, nous forçant à faire avancer le scroll pour nous décevoir pleinement. Voir le même écran vide d’une pièce à l’autre ne fait pas que décevoir, ça énerve plus rapidement.

Voilà ce que j’ai en tête pour les plus grosses absurdités apparentes. Maintenant on va se concentrer à un autre gros morceau 😀

Un gameplay infernal

S’il y a bien une chose qu’on ne peut pas reprocher à ce FF, c’est bien la volonté d’avoir essayé de nouvelles choses. Et le gameplay, bien qu’en apparence aussi basique que le premier avec ses commandes, est tellement nouveau qu’il n’existera plus par la suite… et c’est tant mieux !

Le pire système d’évolution ever

Je pense qu’on a un champion là. FF2 ose audacieusement abandonner purement un système d’expérience. Et rien que là, à ta première partie, tu es dérouté de ne pas voir la fameuse mention « Niveau 1 » à côté du nom de ton personnage. Késakoi ?! Comment faire évoluer ? Bah en combattant pardi ! Ah bah oui, forcément… Mais encore ?

Le système est conçu pour évoluer en fonction de ta façon de combattre. C’est-à-dire, tu attaques à l’arme, tu prends de la force; tu prends des dégâts, tu augmentes ta vie, t’utilises la magie, tu augmente ta magie, etc. Alors sur le papier, c’est plutôt simple, et ça ne semble pas déranger durant les premières heures de jeu. Sauf que… Quand tu passes 7h sans utiliser de magie, et que tes MP n’ont pas augmenté de plus de 20 points durant tout ce temps, c’est qu’il y a un soucis. Attaquer comme un teubé comme FFI ne sert donc à rien… Et là vient tout le coeur du problème :

L’auto-flagellation pour évoluer

Il n’y a vraiment aucun autre moyen d’augmenter rapidement et efficacement ses stats. Pour rappel : faut utiliser ses MP pour les augmenter. Sauf qu’il faut en utiliser beaucoup, histoire de dire au système « Je suis dans la mouise niveau MP, faut que tu me montes… », et d’un autre côté, on ne peut pas trop se risquer à vider ses MP sur des mobs ‘à notre niveau’ sous peine de frôler un game over. Donc tu te retrouves faces aux ennemis du premier village, qui te regarde te taper dessus et te soigner juste pour avoir une jauge de MP correcte. Donc en clair dans Final Fantasy II, tu farmes tes points de magie. Pour vous dire, l’accumulé des deux parties de FF2, sur un total de 40h de jeu, j’ai dû en passer facilement 25h à farmer mes stats… Dont 12h dans la partie Renaissance qui est une véritable horreur.

Le boulet du groupe

C’est cool les nouveaux compagnons… C’est moins cool quand ils se pointent avec des stats HP/MP de merde… Même si le reste est plutôt correct. Grosse pensée à Léon qui est une véritable plaie à faire monter, et qui fait plus office de punching-ball à ressusciter en boucle pour espérer finir le combat avec une évolution de sa part.

Bonjour Ricaro ! Euh… tu… sers… à rien ?

La magie est… passable

Le système de magie est aussi pas mal nouveau. Comme il n’y a pas de classe propre aux personnages, tout le monde peut pratiquer la magie. Ce qui offre une personnalisation avancée sur le devenir de nos personnages. Il suffit juste d’utiliser un tomde magie pour qu’il puisse user des magies, et il est limité à une vingtaine me semble-t-il (que je n’ai jamais atteint). Jusque là okay, c’est plutôt cool.

Sauf que, les magies coûtent des MP – narmol -, et qu’elles ont un niveau de puissance. Ils commencent tous au niveau 1 et chaque niveau = 1 nouvel MP à utiliser. Et donc pour augmenter le niveau de la magie, « il suffit » d’utiliser un maximum cette magie. Encore une fois sur le papier comme l’évolution, c’est simple, mais sur le long terme, c’est assez horrible. Je n’étais pas un fervent utilisateur de magie ici, mais elles s’avéraient quasi indispensables sur les boss pour être sûr de leur infliger des dégâts. Et pour ça… Rebelotte, tu passes des combats et des combats à t’auto-flageller pour augmenter tes sorts à un niveau convenable. Et ça devient d’autant plus absurde, lorsque tu récupères le tome Ultima, qui est censé être la magie la plus puissante du jeu, au niveau 1, et qui fait moins de dégâts qu’un Feu niveau 8 que t’as depuis le début du jeu.

Et je reviens juste une dernière fois sur l’autre absurdité que les sorts de soutien peuvent se louper à leur lancement. J’exagère un peu, car en réalité, le jeu offre la possibilité d’utiliser toutes les magies sur tout le groupeEt c’est la que l’utilisation de soutien coince, un Carapace niveau 1 à beaucoup de chance de se planter sur le groupe que de le lancer sur une seule personne, alors qu’au niveau 7, il n’y aura quasi pas de problème sur tout le groupe… à part s’embêter à monter cette magie jusqu’au niveau 7.

Au moins 7h de jeu pour monter Atomnium au niveau 13 (sur 16 max) qui était au moins utile…

La fuite est une commande inutile

J’ai dû réussir à fuir 2 combats sur la dizaine d’essais où j’ai voulu me barrer. Cette commande aurait dû s’appeler « Passer son tour » dès que tu te plantes une fois…

La courbe de progression des monstres est exponentielle

Déjà que l’évolution des personnages est ultra laborieux et vicieux comme système, il est quasi impossible d’évoluer de manière homogène. En plus de ça, tu te retrouves avec un équipement vite désuet et vieux pendant un certain temps. Ce qui t’amène à des monstres qui parfois te tuent en 2 coups, et devoir se soigner entre chaque combat, c’est pas très joyeux pour avancer. D’autres fois, pour des raisons que j’ignore, des ennemis mettent une raclée monumentale à mon pauvre Guy, pendant que les autres encaissaient plutôt bien, alors qu’ils ont tous un même point de défense – 4000HP en moins pour Guy contre 1000HP sur les autres en moyenne. Aucun moyen de savoir le pourquoi du comment, et c’est frustrant.

Finissons sur des points positifs

Oui, tout n’est pas noir, en soi-même, j’ai surtout boudé le jeu en milieu de partie, lorsque j’ai découvert tous les soucis de gameplay et de l’évolution, mais vers la fin, je résistais à l’envie de ragequit.

Square fait vraiment des mises en scène cool

Toujours des plans cools lors de moments importants…

Le Boss Final vaut plutôt le coup

Je trouve qu’il s’agissait d’un bon boss final qui est difficile comme un boss final devrait l’être. Même si juste après [Spoil] c’est « on a gagné ! Rentrons chez nous ~ Princesse : Merci à vous d’avoir sauvé la planète ! ~ FIN »

Renaissance est un vrai plus scénaristique [SPOIL]

Déjà contrôler les persos qui sont tombés, c’est classe. Faire un parallèle avec la dernière partie qu’on venait juste d’accomplir, c’était encore mieux. Même si le boss final se comportait beaucoup trop bizarrement, c’était vraiment sympathique à suivre, malgré les 12h sur 15h du temps à farmer :’D

Forme finale de l’Empereur

Conclusion

C’était laborieux… Très laborieux… Je ne recommande pas ce FF, à moins de faire un marathon. Et si vous le faites, prenez un émulateur pour user de l’avance-rapide, je suis allé jusqu’à user du 16x pour farmer, tellement c’est fastidieux. Final Fantasy 2, c’est pas tout à fait du non-fun, il a essayé des trucs, il est ultra maladroit et donc il s’est généralement planté pour ma part. Après, il a ses points forts, notamment ses personnages secondaires, qui pourraient être tous géniaux dans une histoire plus dense.

Ainsi, j’attribue la note de tu as osé, c’est pas top, mais je salue l’effort /20 à ce Final Fantasy.

Sur ce, je vous dit à beaucoup plus tard pour Final Fantasy III !



Laisser un commentaire