[Marathon FF] Le premier des dernières Fantaisies

Hello !

Depuis le jeudi 20 Juillet 2017, je me suis lancé un marathon Final Fantasy, qui consiste tout simplement à jouer à un maximum de FF possible, car j’aime cette série tout simplement et je n’ai pas encore pris le temps d’en faire une bonne partie de la franchise. J’ai donc listé un peu moins d’une trentaine de jeux Final Fantasy, me posant la question encore si je vais faire les annexes (genre Dirige of Cerberus FFVII ou ceux sur Adroid comme All the bravest lol). Bref, de bonnes centaines d’heures devant moi et je vais profiter de ce site en hibernation permanente pour écrire mes différents avis sur ces jeux.

NB : Je suis pas testeur, je suis qu’un amateur de JV et j’ai pas beaucoup joué à de jeux dans ma vie.

Et donc on va commencer avec le premier du nom ! Que je sous-titrais en « genèse muette déboussolée et invasion de zombies ». Pour info pratique, j’ai joué à la version Game Boy Advance et non l’original sur NES, car j’ai une rétine sensible et que ces versions ont été créées pour perpétuer leur existence en remettant juste les graphismes au goût du jour, en gardant principalement le coeur du jeu comme avant, ses qualités comme ses défauts (et askip, la difficulté a été globalement baissé, RIP les joueurs des jeux originaux).

Bienvenue dans Final Fantasy

Dans un monde… Avec plus de grottes que de villages. Un monde plongé dans les ténèbres à cause d’un type qui a 2000 ans de rancoeur dans les dents juste pour kidnapper une princesse (Bowser, t’es qu’un petit joueur à côté de Garland).
Ainsi sorti sûrement d’écritures d’un vieux fou, 4 guerriers arrivèrent sur la carte du monde, quasiment dénudés, mais avec chacun leurs armes, et de mages incompétents car ne possédant pas de magies. Ces 4 guerriers possèdent chacun un cristal d’une valeur si inestimable que personne au monde a cherché à les retrouver par soi-même. Ce pendant, tout le monde est au courant que 4 gros cristaux similaires existent, mais personne n’était foutu de mettre des gardes pour protéger correctement ces choses indispensable à la survie de la planète. Mais heureusement que 4 clodos muets comme des carpes seront assez courageux pour accomplir leur devoir : raviver l’éclat des cristaux (phrase que 50% de la population sortira à l’infini).

Explorez ainsi des châteaux, des grottes, des rivières, des grottes, des villes, des grottes, des mines, des grottes, des trous, des grottes, des déserts, des grottes et même une forteresse volante afin de sauver le monde de l’invasion de mort-vivants qui s’abat sur Terre !

La base de la base du RPG

Jouer en 2017 à FFI, c’est une expérience à faire quand on est nourris aux jeux récents ayant un million de systèmes plus ou moins compliqués. Ici c’est ultra basique : Attaquer, Magie, Objet ou Fuir. C’est tout. Et c’est encore plus simple quand la moitié des classes ne font qu’attaquer pendant 95% du temps. Tu montes tes niveaux juste en tuant des monstres et pas de système d’évolution particulière, ça monte tout seul sans te proposer quoique ce soit, et c’est pas plus mal, vu comment tout est simple.

Le choix douloureux des classes

Le premier écran après appuyer sur nouvelle partie est la sélection de vos joyeux lurons muets. 6 classes connues et classique de RPG : Guerrier, Voleur (qui vole pas lol), Moine, Mage Noir, Blanc et Rouge. Les trois premiers utiliserons quasi que la commande Attaquer, et les 3 derniers seront un gouffre financier à cause de leur magie, mais le rouge au moins attaque pas mal au début. Pour ma partie j’ai choisi comme équipe Guerrier, Moine, Mage Rouge et Mage Blanc. Histoire de varier les plaisirs, même si l’équipe proposée de base est sans doute la plus équilibrée.

Mon équipe de Joyeux lurons avant le boss final

Les mages : un gouffre financier

En début de partie oui. Le système de magies dans ce FF consiste à acheter la magie en boutique. De plus, ça coûte vachement cher et on se retrouve obligé de farmer de l’argent très tôt pour pouvoir se payer des magies (commencer directement par acheter Soin, c’est la base). Surtout que les dernières magies les plus puissantes demanderont 45 000 ou 60 000 gils. De plus, lors de l’upgrade de classe, le Paladin (ancien Guerrier) et le Ninja (ancien Voleur) pourront aussi avoir accès à des magies, mais très franchement, à part certains soutiens, on s’en sert quasi jamais et on continue de taper dans le tas avec eux. Seul petit soucis pour le mage rouge : il est au final limité sur ses choix en dernière partie de jeu, le rendant de moins en moins utile. Dommage parce qu’il était sans doute le plus équilibré au début avec sa possibilité d’user de magie noire et blanche en plus de manier des épées puissantes. Mais bon, chaque avantage a son lot d’inconvénients, sinon le jeu serait trop facile.

Un bestiaire plutôt bien rempli et difficulté équilibré

Le bestiaire de la version GBA possède 200 monstres, dont au moins une bonne trentaine triplés voire quadruplés par simple re-colorisation. Pour l’époque et la durée de vie du jeu, c’est plutôt pas mal je trouve. Surtout avec l’ajout des 4 donjons inédits de cette version qui rallonge beaucoup la durée de vie tellement on s’en mord les doigts dedans. Par contre, c’est assez fou le nombre de morts-vivants / zombies / spectres / etc. en tout genre qu’on croisera, rendant le Mage Blanc comme quasi indispensable dans toutes les équipe à choisir au début du jeu.

Niveau difficulté, je joue sécurité et me laisse une certaine marge d’avance niveau farming : je n’ai fui aucun combat, et j’étais assez rarement en cours d’argent et d’objets pour remplir les stocks, du coup mon niveau était souvent supérieur à celui demandé, one-shotant la majorité des ennemis (vive l’accéléré x2 des émulateurs…). Je pense que si je jouais en plus normal à vitesse original, j’aurais perdu un peu patience et eu beaucoup plus de mal à pas mal d’endroits, mais même, globalement, je pense qu’il est assez bien équilibré sur la difficulté.

Explorer ou fouiller, l’un est très désagréable

Un chose assez saoulante dans ce jeu est l’absence assez flagrante d’indications utiles. Globalement c’est souvent « Allez sauvez, chercher x truc ou personne là bas ». Oui, ok, MAIS C’EST OÙ BOWDEL ?! Et comme j’ai envie d’étoffer pour rien cette partie, voilà sous forme de liste les trucs qui m’ont pas mal énervé durant ce périple :

  • Le vaisseau : pour le trouver, il vous faut tout d’abord l’aérolithe, qui se trouve assez facilement dans une énième grotte obligatoire, puis la seule indication que j’ai eu c’est « wesh, l’aérolithe permet de faire flotter des objets, tavu ? ». J’ai beau avoir perdu 1h30 à revoir les 2 seuls clampins du monde qui m’ont parlé de l’aérolithe, leur pointer sous leur nez pour qu’ils continuent à me dire qu’ils le cherchent. C’était juste impossible de savoir qu’il fallait aller dans le petit désert totalement osef du sud-est du monde. Ou alors j’ai pas trouvé le seul bon PNJ pour qu’il me dise où il pourrait être. M’enfin, vous imaginez un peu le temps pris pour ça sans soluce dans le passé ?
  • L’Oxygel : Je ne sais même plus comment je me suis mit à rager avant de regarder la solution pour ça, sachant qu’entretemps j’ai pris le temps de faire changer de classe à mes personnages, ce qui n’est pas indispensable pour finir le jeu il me semble. Bref, pour ce truc obligatoire pour aller faire le donjon de l’eau, il faut fouiller un désert une case spécifique où un marchand qui ne dit pas bonjour te propose un seul objet. Heureusement que le côté collectionneur te le fait acheter, vu que rien n’indique qu’il est obligatoire. Puis il faut aller dans un village paumé dans les montagnes sans que, une fois de plus, quelqu’un te l’indique. Et surprise, la fée se barre et tu dois refouiller tout le village pour la retrouver.
  • La pierre Rosetta : Il me semble que celle-ci se trouve dans le donjon du feu. Donjon que j’ai terminé « correctement » en tuant le boss et fait briller le cristal rouge. Puis téléport dehors… Hein ? Quoi ? Il faut une pierre spéciale pour qu’un illuminé dans un village pourri t’aide à le déchiffrer et ainsi apprendre la langue d’un peuple reculé et encore plus illuminés ? AH BAH BRAVO NILS, SUPER POUR LE TRAJET, T’ES VRAIMENT QU’UN SALE JEU SANS INDICATION.

Et donc c’est comme ça durant la grande partie du jeu, où au final ta seule indication implicite visible c’est que les monstres dans la zone sont à peu près à ton niveau. Même si je suis sûr que ma mauvaise manie de ne parler qu’à 40% des PNJ me joue des tours, c’est quand même vachement frustrant pour la plupart des cas.

TG le monde stp

Dialogue/20

Je sais que c’est un cliché que les PNJ sont des coincés qui sont nés pour dire une seule phrase dans leur vie, mais qu’ils fassent un peu des efforts sur ce qu’ils disent parfois x)

Au final (Fantasy), ça passe quand même

Malgré des phases de recherches inutilement longues, des débuts un poil ardu à cause d’un farming obligatoire et des donjons parfois frustrants, mais pas tant que ça, Final Fantasy I ne m’a pas déplu. La simplicité totale du système rend le jeu un peu « teubé », mais pas si ennuyant. Ca en devient même cool quand d’un coup tu dois changer de stratégie car le monstre est un peu trop puissant et qu’enfin tes attaquants ne font pas qu’attaquer. Surtout quand tu apprends que tu peux littéralement dépasser le système avec une sur-utilisation des sorts de soutien/renforcement. Du coup, atteindre de nouveaux sommets de puissance, ou la défense parfaite juste pour un combat devient un nouveau défi, surtout dans les derniers boss des donjons inédits qui sont vraiment coriaces.

Même si je n’y retoucherai sans doute plus jamais, au moins je n’en ressors pas déçu ou soulagé de l’avoir terminé, mais juste satisfait. A l’heure où j’écris ces lignes, j’ai déjà entamé la moitié de Final Fantasy II, et qui me laisse un gros goût amer actuellement, me disant que ce FFI reste agréable pour sa simplicité.

Je déteste mettre des notes, mais je vais quand même lui en mettre une, donc je lui attribue une note de c’est vieux, mais okay/20. Jouez-y seulement si vous voulez découvrir la genèse de la franchise, ou si vous faites un marathon comme moi =)



Laisser un commentaire